Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: {Validée} La fille au sitar ::

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Compréhension -> Fiches de personnages -> Fiches validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La fille au sitar
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2011
Messages: 3
Race: Biophage
Points d'inspiration: 10

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 14:11 (2011)    Sujet du message: {Validée} La fille au sitar Répondre en citant

La fille au sitar



* Race : Biophage

* Planète actuelle : Helios III

* Condition sociale : Meurtrière

* Description physique :
Ses cheveux sont obsidienne, nuit, ébène, comme ses yeux sont de jais et son sourire de nacre. Elle porte des robes complexes et gracieuses cousues dans les riches tissus de l'Orient. Une fine goutte de cire rouge orne le centre de son front, des bracelets et des colliers d'or lui donnent grandeur et charme.

Elle porte avec elle un ancien sitar dont elle joue comme une déesse. Sans en altérer le son, l'épais manche est doublé d'un mécanisme abritant un fin cimeterre et des couteaux de lancer affûtés comme le fil d'un rasoir.

Elle joue plus qu'elle ne parle, quand bien même sa voix est parfois plus douce que sa musique.

* État d'esprit :
Calme, taciturne, souriante, mélancolique. Elle semble fragile, enivre les esprits par sa présence angélique. Au-delà de ces apparences de nymphe, elle est ingénieuse, experte en planifications et en mécanismes divers. Réputée parmi les Biophages, simple rumeur parmi les Humains, la fille au sitar est connue pour ses plans astucieux et son efficacité. Ses actes sont réglés comme un métronome, elle a le souci du détail, les évènements qu'elle provoque ne tombent jamais très loin de ce qu'elle avait prévu.

Elle est agréable et de bonne compagnie parmi les siens, comme elle sait se fondre dans le monde humain avec tout autant de charisme et de charme. Délicate, chaleureuse, reposante, nul ne lui refuserait un regard ou une danse, nul ne se boucherait les oreilles en entendant ses notes mélancoliques.

* Histoire :
Cliquez !

Je ne suis pas l'esclave d'un roi ni la servante d'un dieu. Quand vient le vent de mes désirs caresser délicatement ma nuque, je hisse les voiles aussi haut que je le peux, je lâche la barre, je me laisse porter en fermant les yeux. Je suis un être libre parmi un peuple libre. Ils nous appellent les Biophages. C'est également ainsi que nos anciens se sont toujours nommés. Pourquoi Biophages ? L'étymologie de ce mot m'intrigue, mais je ne connais pas son origine.

Je suis née en secret dans les bas-quartiers de Mumbadevi, une métropole de misère et de sable bâtie dans les ruines d'une antique civilisation. J'y ai grandi, j'y ai appris la pauvreté, la violence, la cruauté de tous les peuples que j'ai vus. Humains, Biophages, quelques Léonins de passage...

J'y ai passé mes deux premières décennies. Puis j'ai voyagé. J'ai marché vers l'Est. J'ai rencontré ceux qui ne peuvent écarquiller les yeux comme nous autres ; les femmes y sont belles et humbles, les mœurs y sont raffinées et sans tabou. J'ai appris la biologie, la chimie, la philosophie, la peinture, la musique. J'avais apporté un sitar de Mumbadevi et un homme de l'est me demanda de jouer dans son restaurant. Je ne maîtrisais pas mon instrument, et de fait, il trouvait ma musique authentique, instinctive, à la fois charnelle et spirituelle.

J'ai appris à me comporter, à sourire. Les années passèrent, je rencontrai d'autres Biophages, nous étions regroupés dans une somptueuse contrée montagneuse et enneigée. J'ai aimé un homme, puis j'ai aimé une enfant. Ma fille... elle était le fruit d'une femme du désert et d'un homme de l'est, belle et gracieuse comme une déesse.

Connaissez-vous le mot "Croisade" ? J'étais jeune. Je l'avais parfois entendu prononcer par des marchands, des voyageurs. Je n'y pensais pas ; j'avais connu la violence, les vols, les bagarres, parfois les meurtres. Mais ces histoires contant la vie de centaines d'hommes s'entretuant ne m'intéressaient pas. Ces choses me paraissaient lointaines, à peine concevables, une vision onirique de l'Occident à laquelle je ne réfléchissais pas.

J'ai appris ce que signifiait vraiment "Croisade". Des hommes de l'ouest ont franchi les montagnes. Leurs visages étaient usés, durs. Ils portaient de lourdes armures de métal comme je n'en avais jamais vues, leurs armes étaient lourdes et imposantes. Ils ne s'intéressaient ni à la science, ni à l'art. Ils brûlèrent nos livres et nos connaissances en nous demandant de n'accorder d'importance qu'à celui qu'ils avaient apporté. Ce livre était pourtant beau... il était question de genèse, d'amour, d'un Dieu de pardon et de bienveillance.

Mais nous ne pouvions tourner le dos à notre propre culture. Nos hommes ont résisté. Leur chef s'appelait Sigvald d'Arazyon, c'était un homme froid, brutal et intransigeant. Le sang a coulé. Notre sang, seulement notre sang. Nous étions des paysans, des artistes, des érudits. Pourquoi nous serions-nous préparés à rencontrer ces hommes d'acier et de haine ?

Lorsque les Humains apprirent que nous n'étions pas tout-à-fait leurs semblables, ils nous appelèrent abominations, démons. Ils brûlèrent nos maisons, nos enfants. J'ai vu l'homme que j'aimais transpercé par une longue épée, j'ai vu ma fille pendue devant une chapelle de bois construite en l'honneur de Dieu.

J'ai hurlé, pleuré, tremblé. J'ai voulu rester, j'ai voulu mourir avec eux. Mais ceux qui couraient me forcèrent à les suivre à travers les montagnes.

Les années passèrent. Tout avait brûlé derrière moi. La seule chose qui me restait était un nom : Sigvald. J'ai voyagé, j'ai appris. J'ai rencontré les guerriers nocturnes qui vivent dans la montagne, ils ont fait de moi une femme d'acier. Ils m'ont enseigné l'art du sabre, le lancer, la tromperie, la séduction.

J'ai marché. J'ai fait couler le sang. Comment ne pas me maudire d'être devenue moi-même l'un de ces êtres de haine ? La vengeance. La vengeance. À chaque fois que j'ai prononcé ce mot, mon cœur s'est serré. Je veux écouter mon instinct, mon désir, et tout ce que le plus profond de mon âme hurle, c'est : Vengeance.

*Compétences :

- Agilité | 1/2
- Combat à distance | 1/2
- Corps à corps | 2/2
- Discrétion | 0/2
- Condition physique | 0/2
- Maîtrise des Flux | 0/2
- Maîtrise de soi | 1/2
- Vigilance | 1/2
- Esquive | 1/2


Dernière édition par La fille au sitar le Mar 14 Juin - 21:09 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Juin - 14:11 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Keor
Chef

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2010
Messages: 103
Race: Mort-vivant
Points d'inspiration: 5

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 16:20 (2011)    Sujet du message: {Validée} La fille au sitar Répondre en citant

Je m'auto-valide, je suis tout-puissant !

Des objections ? ;D
Revenir en haut
La fille au sitar
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2011
Messages: 3
Race: Biophage
Points d'inspiration: 10

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 16:22 (2011)    Sujet du message: {Validée} La fille au sitar Répondre en citant

Ouaiiiiiiiiis, quel pouvoir !

Bienvenue à moi !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:51 (2018)    Sujet du message: {Validée} La fille au sitar

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Compréhension -> Fiches de personnages -> Fiches validées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com